Le suicide

foual suicide1

Introduction.

A notre époque, le suicide est devenu à travers le monde un fléau social, il touche :

Tous les pays (du moins au plus développé).

Toutes les cultures (de la plus conservatrice à la plus libérale).

Les deux sexes.

Tous les âges (de l’enfant [adolescent] au sujet du troisième âge).

Toutes les classes sociales (le pauvre et le riche).

Tous les niveaux d’instruction (l'intellectuel et l'illéttré).

--

Définition.

On parle de suicide quand d’une façon volontaire on met fin à sa propre vie par un quelconque procédé.

Procédé.

Pendaison.

Ingestion de poison [médicament ou pesticide].

-

Saut d'une hauteur.

Utilisation d'arme à feu.

-

Statistiques.

L’OMS parle de 800 000 personnes par an dans le monde, un cas toutes les heures met fin à sa vie dans le monde.

Au Japon : 93 cas par jour.

Aux USA : 82 cas par jour.

-


 

En France : 40 cas par jour.

En Algérie : 1 à 2 cas par jour.

Philosophie.

Avant : le suicide était considéré par les sociétés comme un geste d’ultime liberté, c’est en quelconque sorte la dernière tentative de retrouver un honneur perdu.

Actuellement : le suicide est considéré comme un geste lâche, immoral. C’est un indicateur de la morale et des valeurs prévalentes dans la société.

Causes.

On retrouve toujours une cause, un problème :

Une séparation (divorce, mort d’un proche).

Une perte d’un emploi.

Un échec (scolaire, professionnel ou commercial)

- 

Psychologie.

A l’origine il y’a toujours un sentiment de peur et de désespoir. Le suicidaire pense qu’à défaut de faire disparaitre son problème, il peut se faire disparaitre, dans ce cas il emporterait tout avec lui. Dans un sens ceci est vrai seulement il laisse derrière lui d’autres problèmes ; pour la famille, les amis et la société.

 

Conséquences.

Pour la famille :

C’est la perte d’un parent [certaines personnes ne se relèvent pas après un suicide dans la famille].

C’est la honte de ne pas avoir empêché un tel acte.

C’est un indicateur de désunion dans la famille.

Pour la société :

C’est un manquement à la bonne morale.

C’est un signe de lâcheté.

Après un suicide de multiples questions se posent d’une façon spontanée :

Pourquoi a t-il fait ça ?

Pourquoi la famille n’a rien fait ?

Ses amis savaient-ils ?

-

Le traitement.

Il est bien entendu qu’on ne peut traiter une personne qui s’est suicidée, aussi on parlera plutôt de la prévention[et des personnes qui ont attentées à leurs vies].

La solution du problème réside donc dans la prévention :

- Détecter très tôt les personnes qui souffrent des troubles psychologiques.

- Prise en charge des personnes qui ont déjà attentées à leurs vies.

- Prise en charge psychologique [dans la majorité des cas].

- Prise en charge psychiatrique [dans d’autres cas].

Le suicide dans le Noble Coran.

L’homme faible face à ses diverses peurs :

Echec, rupture, séparation, chômage, maladie, handicap, cauchemar, souffrances, mort …

-

L’homme face à ses multiples questions :

Pourquoi j’existe ?

Pourquoi la mort ?

Qui y a-t-il après la mort ?

Etc.

Le Coran est le seul livre qui apporte des réponses à toutes ces questions et des réponses convaincantes. L’être humain est une créature faible qui a toujours besoin d’un support externe. L’individu a besoin d’un soutien moral dans ses moments difficiles. S’il ne croit pas en un vrai Dieu alors il s’inventera des divinités sur lesquelles il s’appuiera dans les moments de détresse. Dieu dit : « Dieu veut vous alléger [les obligations] car l'homme a été créé faible. » (4,28)

Le Coran représente pour les hommes un modèle de vie, il comporte certes des instructions concernant l’adoration d’Allah mais aussi et surtout d’autres pour mener une vie saine et sereine afin de mériter l’agrément d’Allah. Dieu dit : « Ô croyants ! Obéissez à Dieu, au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. Et si vous vous disputiez sur quoi que ce soit, revenez à Dieu et au Messager si vous croyez en Dieu et au Jour dernier. Cela est bien mieux et de meilleur interprétation [et aboutissement]. » (4,59)

Derrière chaque cas de suicide se cache une détresse, un appel, un désespoir. L’homme face à un problème a toujours besoin d’un soutien, il a besoin qu’on lui dise ‘‘n’aie pas peur’’ ‘‘tout ira pour le mieux’’ ‘‘la prochaine fois sera la bonne’’. En un mot il a besoin d’être rassuré, encouragé et qui peut le faire mieux que le Bon Dieu, Celui qui l’a crée ? Dieu dit : « Et quiconque agit mal ou se fait du tort, puis aussitôt implore le pardon de Dieu, trouvera Dieu Pardonneur et Miséricordieux. » (4,110).

L’individu qui commet une erreur ou un péché mérite toujours une autre chance pour se racheter, Dieu ne cesse d’appeler les hommes pécheurs à revenir à Lui, Il dit :

« Dis : “ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la Miséricorde de Dieu. Car Dieu pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux”. » (39,53).

Cependant si la personne en question s’entête dans son péché ou son désespoir et voudrait en finir avec ses jours alors la punition est terrible. En fait Dieu pardonne tous les péchés sauf celui de ne plus espérer c'est-à-dire le désespoir. Si une personne se tue c’est qu’elle ne croit plus en rien, elle n’a plus aucun espoir dans ce monde ni en les hommes ni en Dieu, et c’est ce sentiment ou cet acte que punit Dieu. Le Coran dit : « Et quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rétribution sera l'Enfer, [il] y demeurera éternellement. Dieu s’est mis en colère à son encontre, le maudit et lui a préparé un énorme châtiment. » (4,93).

Il dit encore : « Ô croyants … ne vous tuez pas vous-mêmes. Dieu est, en vérité, Miséricordieux envers vous. » (4,29)

-

En conclusion nous dirons qu’en Islam l’individu n’a pas le droit de mettre fin à ses jours, car il y a toujours un espoir, espoir qui est motivé par la foi en Dieu.

 

La seule arme efficace contre ce fléau qu’est le suicide, est la foi en Allah.

Page facebook

Album Photos